• Emma Watson en interview pour Accès Hollywood.


    SOURCE: HeartWatson

    4 commentaires
  • Vendredi 11 décembre 2009 à Londres, Emma Watson a été interviewée par l'animateur Trev de l'émission de radio Jackfm. Il l'aurait croisée par hasard après la soirée Jack Xmas. Il faut dire que dans cette interview, Trev était un peu émêché... mais il na pas lair d'être le seul de l'interview dans cet état ! Ecoutez plutôt !


    4 commentaires
  •  Emma Watson en interview pour une radio Ici / Here 

    Branchez vos haut-parleurs !


    1 commentaire
  • interview emma

    Quel est le meilleur moment d'Hermione dans le sixième film?

    " Il y a cette fille qui s'appelle Lavande qui étouffe en permanence Ron. Hermione est sensible et souffre vraiment en silence. C'est énorme le mépris qu'elle a envers Lavande. Pas vraiment parce qu'elle est avec Ron, mais parcequ'elle est l'opposé total d'Hermione. Donc c'est très comique et très triste pour elle. "


    Pensez-vous que les fans de Harry Potter constateront une adaptation fidèle du livre dans le film ?

    " Je l'espère. Je pense que nous sommes restés très fidèles sans pour autant faire un film de dix heures. Nous n'avons jamais eu cette plainte auparavant et je suis personnellement une grande fan des livres. "


    Si vous regardez tout ce que vous avez fait pendant le tournage de ce film, quel souvenir gardez-vous ?

    " Les scènes de Quidditch de Ron sont si drôle. Rupert est brillant et si drôle. Il y a cette grande scène où Hermione et Lavande se battent pour Ron et nous avons bien rigolés. La scène de la mort de Dumbledore était pendant une nuit glaciale et c'était une scène très triste, vraiment. "


    Si vous continuez votre carrière après Harry Potter, voudriez-vous avoir un rôle le plus différent possible d'Hermione ?

    " Je voudrais jouer quelqu'un d'un peu différent, oui. Mais je ne vais pas aller jusqu'à jouer une voyouse. Ça serait vraiment intéressant si je trouve un rôle dans lequel je me sens bien, comme celui d'Hermione. "

    Traduction by UniversHarryPotter.com

    1 commentaire
  • Nouvelle video de MTV où Emma Watson parle brèvement de Harry Potter et le Prince de Sang Melée





    5 commentaires
  • INTERVIEW AVRIL 2009

    EMPIRE MAGAZINE

    Merci UHP pour la traduction

    Daniel Radcliffe :
    Quel honneur de faire partie de l'édition spéciale de Empire créé par Steven Spielberg. Quand je regarde en arrière, au cours des dernières années passées sur l'aventure Harry Potter, la chose qui est restée pareille depuis le premier film est l'atmosphère merveilleuse qui règne sur le plateau. A part le fait de travailler dur, ça a toujours été un endroit plein de plaisanteries et de rires ! J'ai grandi avec une grande partie de l'équipe qui travaillent toujours sur ces films et retourner tous les ans pour continuer cet aventure est un énorme privilège.


    Rupert Grint :

    Je suis si fier de faire parti d'Harry Potter et encore plus fier de représenter les rouquins.


    Emma Watson :

    Sur le premier film d'Harry Potter, quand mon hamster Milly est mort, toute l'équipe m'a fabriqué un petit cercueil entouré de velours et où était marqué "Milly" dessus. Je ne pense pas qu'un hamster ai eu une fin si spectaculaire



    Deuxième page (avec David Heyman et Daniel Radcliffe)

    David Heyman et Daniel Radcliffe sont deux hommes occupés en ce moment. Après tout, ce sont le producteur et la star de Harry Potter, une des plus grande saga de tout les temps !
    En cette fin de mois de mars, ils se préparent pour la sortie du sixième film, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé; engagé dans le tournage du septième film , Harry Potter et les Reliques de la Mort : Partie 1 et dans les derniers arrangements du script du huitième film, Harry Potter et les Reliques de la Mort : Partie 2.

    Vous êtes dans la dernière ligne droite maintenant, comment vous sentez vous ?

    Daniel Radcliffe : Personnellement, Harry Potter représente 10 ans de ma vie, j'ai commencé à 11 ans, et je vais finir cette aventure à 20 ou 21 ans. Ça va être étrange de terminer Harry Potter.

    David Heyman :
    J'ai été dans la pré-production, la production et la post-production depuis 1999. Je n'ai pas dû m'inquiéter d'où le prochain film venait.
    Évidemment, j'avais d'autres films à produire, mais il y avait toujours les Harry Potter qui ressemblent à une grande famille. J'ai connu Dan la moitié de sa vie alors que cela a été un quart de la mienne.


    D.R : Ta fille a 9 ans et je crois qu'elle est née trois jours après que j'ai obtenu le rôle.

    D.H : Il y a eu des mariages et des divorces ...

    D.R : Mon meilleur ami, Will, avait des cheveux bruns et était célibataire. Maintenant, il est avec quelqu'un, a deux enfants et a les cheveux gris.

    Parlons des Reliques de la Mort maintenant. Où en êtes vous ?

    D.H : Nous tournons des scène de la Partie 1 et Partie 2. Nous les tournons ensemble. Mais nous devons aussi faire la promo du Prince de Sang-Mêlé. C'est très dur.

    D.R : En ce moment (Ndlr : Au moment de l'interview fin mars), je tourne une grande scène de combat et c'est génial ! Je suis couvert de poussières et de sang et c'est génial ! Qu'avons nous fait d'autre récemment ? Nous sommes beaucoup occupés en ce moment.

    Quelles ont été les difficultés pour trouver le moment idéal pour la coupure entre les deux parties ?

    D.H : Eh bien, c'est intéressant. Nous avons hésité entre deux ou trois moments et nous nous sommes, en fin de compte, entendus sur un moment que nous pensons est très passionnant, et je pense que ce n'est pas à cet instant que l'on s'y attends le plus.Mais je ne veux pas le révéler. Donc oui, nous avons essayé un moment et ensuite Steve (Ndlr : Kloves, le scénariste) a eu l'idée de le jouer autrement et quand nous l'avons essayé, il l'a bien senti.

    D.R : C'est un moment bourré de suspens ! Je pense que les spectateurs auront le courage de patienter 6 mois.


    votre commentaire
  •  Emma Watson a déponsé un message sur son site officiel:

    Salut tout le monde,
    Désolé, ça fait si longtemps... Je suis de retour aux studios de Harry Potter et je n'arrive pas à croire que c'est le septième film ! Ça fait très longtemps que je n'ai pas vu tout le monde et c'est génial d'être de retour.
    En ce moment, je vais être très occupée, car les weekends vont être consacrés à la promotion de HP6, mais ce n'est que du bon. Je suis contente de ce temps ensoleillé et chaud car l'hiver a été long !
    Ce weekend, je suis allée voir mon premier match de football, c'était vraiment cool ! Je me sens véritablement anglaise maintenant !
    J'espère que vous allez tous bien et je vous remercie pour votre soutien.
    Avec beaucoup d'amour, Emma x


    Merci UHP pour la traduction


    votre commentaire

  • Voir taille réelle

    L'interview publiée dans le magazine Crash
    Mars 2009  


    12 commentaires
  • Une nouvelle interview d'Emma est parue dans le Daily Record : en voici la traduction.

    Exclusif : "Mes amis m'aident à garder les pieds sur terre", déclare Emma Watson, la star des Harry Potter.

    9 Décembre 2008, par Rick Fulton

    Elle est peut être plus connue pour son rôle dans les films Harry Potter, Emma Watson a vu sa carrière prendre un nouvel et intéressant tournant.

    Malgré un intérêt élevé des médias pour l'actrice de 18 ans, elle a gardé les pieds sur terre.

    Contrairement à des artistes comme Lindsay Lohan ou Britney Spears, vous ne la verrez jamais sortir avec fracas d'une boîte de nuit et elle a plutôt tendance à être photographiée à des fashion shows. Elle a même récemment pris la place de Keira Knightley comme représentante du parfum Coco Mademoiselle de Chanel.

    Emma ne fait pas secret de son amour pour Chanel, et est devenue très amie avec le patron de la marque, Karl Lagerfeld.

    "J'adore Karl Lagerfeld. Je le vénère", a-t-elle fermement déclaré.

    "J'ai grandi à Paris et ma mère portait beaucoup de Chanel. J'adore cette marque. Karl est un homme incroyablement travailleur et bourré de talent, et au moment où on le rencontre on comprend pourquoi il est tout en haut dans l'industrie de la mode,
    parce qu'il sait de quoi il parle.

    Si Karl Lagerfeld vous donne un conseil en matière de mode, vous vous taisez et vous écoutez."

    Si Emma a une apparence plutôt classique de jeune fille anglaise, un peu comme Keira Knightley ou Kate Winslet, elle considère avoir son propre style vestimentaire.

    "Je suis une vraie londonnienne, et le temps là-bas est tout gris. Je pense que cela encourage un sens de la mode vraiment différent et dingue. J'imagine que l'on mélange beaucoup les styles, et moi-même je mélange des trucs très banals
    avec des choses plus tendance et vintage. Ma mère a un sens de la mode très développé, j'apprends beaucoup d'elle."

    Si sa mère Jacqueline, avocate, paraît la conseiller dans ses choix vestimentaires, Emma s'inspire beaucoup de l'égérie de la mode, Kate Moss, aussi.

    "Kate a un profond sens de la mode. Il est très personnel et lui ressemble tellement. Vous pouvez dire qu'elle n'a pas de styliste. Elle s'habille selon sa personnalité, et c'est pour ça que les gens l'adorent".

    "C'est très naturel. Je pense que tout le monde, particulièrement aux Etats-unis, a un styliste, et la personnalité se perd dans les vêtements. Cela devient la vision de quelqu'un d'autre, ce n'est donc pas vraiment très intéressant".

    Emma, qui a fêté ses 18 ans cette année et est une nouvelle bachelière avec l'objectif d'entrer à l'université et de quitter la maison, se voit comme "une sorte d'adulte" et se rend compte qu'elle est dans une phase excitante de sa vie.

    Beaucoup de gens ont même spéculé sur la possibilité qu'elle commence à suivre le mauvais chemin, en particulier quand elle a été prise en photo en Février dernier avec Johnny Borrell, le leader de Razorlight, ex-héroïnomane, et de 10 ans son aîné.

    C'était une situation peu  comparable à celles où Britney Spears et Lindsay Lohan se sont retrouvées mêlées, mais Emma admet qu'elle comprend la pression que les jeunes qui deviennent très célèbres peuvent subir.

    "Je peux totalement comprendre pourquoi ils deviennent fous" dit-elle, "les gens s'intéressent de près à leurs vies et ils subissent la pression de devoir être parfaits, mais ils sont jeunes quand même".

    Pour le moment, en tout cas, Emma a gardé les pieds sur terre. Elle a obtenu la plus haute note dans 10 matières à son GCSE (~ Brevet des collèges) et dans 4 matières à son baccalauréat en histoire, en anglais, en géographie et en histoire de l'art.

    Et à part ses obligations contractuelles avec Chanel, Emma a été très occupée avec le tournage de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, supposé arriver sur nos écrans au début de l'année prochaine, le tournage des deux derniers films (les reliques de la mort a été coupé en deux films) n'ayant pas encore débuté.

    Elle attend Noël et les excès qui vont avec avec impatience, elle admet qu'elle adore le chocolat et ne veut pas être très maigre.

    "Je ne trouve pas ça beau d'être trop maigre. Je ne fais pas de régime et mon plat préféré est le chocolat" déclare-t-elle.

    "J'adore manger, j'adore cuisiner et j'apprécie de m'asseoir pour partager un bon repas et faire des gâteax".

    Reconnue où qu'elle aille, et amie de légendes comme Karl Lagerfeld, vous devez vous demander si elle n'a pas un peu la grosse tête.

    Mais elle apparaît être quelqu'un de nerveux. Elle a peut être 18 ans mais elle reste une enfant.

    Et l'actrice, malgré ses millions, est rappelée à la réalité par sa famille et ses amis.

    Elle rit : "Je sais qu'ils ne tolèreraient pas que je devienne capricieuse ou que j'aie les chevilles qui enflent. Ils me harcèleraient à mort".

    Et ses amis ?

    "Oh, ils me détestent. Vraiment." a-t-elle plaisanté. "C'est un peu bizarre pour eux je pense, surtout quand on se promène ensemble et que des gens viennent me parler. Il est difficile pour eux de savoir comment se comporter. Mais ils sont géniaux là-dessus et j'ai des amis très protecteurs,aussi, ce qui est adorable".

    Emma a aussi avoué que ses amis ne tiraient pas profit de sa célébrité ni de sa richesse.

    "Ils ne me font payer pour rien", a-t-elle déclaré. "En fait ils sont vraiment très fiers. C'est pour ça que je les adore. Ils seraient vraimet gênés si je payais pour eux."

    On dirait que, comme dans Harry Potter, Emma ait de bons amis. Et comme Daniel Radcliffe et Rupert Grint, Emma s'écarte aussi de Harry Potter pour faire d'autres films.

    Son dernier projet en date, Le Conte de Despereaux, est un film d'animation, avec des gens comme Dustin Hoffman, Matthew Broderick, Sigourney Weaver, Robbie Coltrane et Kevin Kline qui prêtent leurs voix.

    Elle prête sa voix à la Princesse Pea, une jeune fille seule qui devient amie avec Despereaux, une souris, jouée par Matthew Broderick.

    Si Daniel et Rupert ont ajouté d'autres projets à leur CV, Emma n'a tourné que dans le film de la BBC, Ballet Shoes, l'an dernier,
    elle est donc logiquement fière d'avoir été choisie pour Le Conte de Despereaux parmi un casting si prestigieux.

    Mais elle ajoute : "Je pense que je serai pour toujours Hermione. Mon plus gros défi va donc être de convaincre les gens que je peux être quelqu'un d'autre.

    Eh bien, j'ai eu le rôle dans Despereaux, hein ?"

    Le Conte de Despereaux sortira la semaine prochaine, et va concurrencer "Twilight", le film de vampires pour ados dont certains pensent qu'il va mettre Harry Potter hors course.

    Néanmoins, s'il y a rivalité, Emma ne sort pas encore sa baguette pour se battre en duel.

    Elle affirme plutôt : " Il y a eu un tel battage médiatique autour de Twilight, il faut que j'aille le voir."

    Là ça ressemble aux paroles d'une jeune femme qui a le contrôle.

    Le Conte de Despereaux sortira vendredi prochain, le 19 décembre.


    10 commentaires
  • Ce qui attend Emma Watson

    Est-ce que ce sera l'université de Cambridge, une carrière de star de cinéma,
    la mode ou un temps de répit avec les 10 millions de livres qu'elle à la banque ?

    Nous parlons avec Emma de la vie qui l'attend

    Emma Watson a-t-elle quelque chose d'une dame ?
    Avec 10 ans comme super star iternationale, 10 millions de livres d'argent de poche à la banque, l'admiration sans bornes de centaines de millions d'enfants, et tout cela à l'âge de 18 ans, j'imagine que ce serait le cas de n'importe qui.

    Elle paraît sans doute un peu distante, un peu venue d'un autre monde, un peu du genre la "fille la plus populaire du lycée", quand elle arrive au studio, deux gardes du corps sur les talons.
    "On s'est déjà rencontrés", dis-je, alors qu'elle me tend sa délicate main de princesse.
    On s'était rencontrées pendant quelques secondes seulement, évidemment, l'année dernière, à un bal de charité.
    Elle devient toute rouge et chasse une mèche imaginaire de devant son visage, clairement -et délicieusement- nerveuse.

    "Ohmondieuc'est vraijesuisdésoléec'estjusteque... Je ne m'en souviens pas", me dit-elle.
    Gloups. Quel idiote ! Elle doit rencontrer des centaines de fans tous les jours.

    Emma est toute fine, jolie, et très bien élevée.
    Il n'y a rien de vaguement suggestif ou de sexy chez elle. Une poupée tout juste sortie de son emballage,
    elle est d'un contraste agréable avec les collants déchirés et les cheveux décolorés des Peaches et des Pixies.
    Elle ne porte pas de fringues provoc ni ne se retrouve publiquement en état d'ébriété ni, en fait, ne fait rien du tout de vulgaire.
    Elle fait genre "oh mon dieu", très gênée d'avoir été un temps liée à la vedette des Razorlight Johnny Borrell ("c'est ridicule, je ne lui ai pas reparlé depuis") et a l'air perdue de manière tout à fait charmante quand je lui demande quelle est la chose la plus "star" qu'elle ait faite.

    "Euh... J'ai fait installer un lit dans mon dressing, récemment" dit-elle d'une voix vive et tendue. Et quid du chalet à la montagne pour ses 18 ans ? "C'est un truc pour la famille" dit-elle en souriant. "On va tous là-bas pour Noël. J'adore le ski." Et demander que tous les garçons à Stowe se lèvent à son entrée dans la pièce ? Blanc d'horreur et d'incompréhension. "Non, je ne ferais jamais ça. Pouvez-vous m'maginer dire cela? Plus que tout, je veux simplement pouvoir être traitée comme tout le monde."

    Ce qui n'est, dans un sens, pas difficile. Petite et mince, vêtue d'un jean et un pull à col en V Cacharel tout simple, vous ne remarqueriez probablement pas Emma Watson dans une foule. Elle n'est qu'une lycéenne parmi d'autres, et c'est exactement ça qu'elle veut. Comme Hermione Granger, elle incarne LA bosseuse féminine : une jeune demoiselle propre sur elle,
    à l'esprit fin et pleine de principes, se souciant peu de son effet sur les autres. Elle est beaucoup plus jolie que la lycéenne moyenne, bien sûr : de profil, une vraie petite fille modèle, toute faite de blanc, de rose et de sourcils Burberry. Mais, dit-elle, elle est au-dessus de toutes ces idioties de coquetterie.  "C'est ridicule de passer une journée à se préparer".  Elle se coiffe et se maquille en général elle-même, ayant appris en grandissant entourée de maquilleuses ("mes mères de substitution. Je déteste porter une tenue qui aurait l'air trop assortie et parfaite.Je choisis moi-même ce que je porte car je suis obsédée par le contrôle.")

    Petit à petit, néanmoins, Hermione Granger change. L'été prochain, avec la sortie du sixième Harry Potter, elle tournera le septième et le huitième film d'un seul coup, à cause, sans doute, du fait que Hary, Ron et Hermione grandissent et ressemblent, mois après mois, de moins en moins à leurs personnages respectifs.

    "Je suis dans un âge étrange" dit Emma, le front plissé, en demandant du jus d'orange qui n'arrive pas (Elle est juste trop adorable pour demander une deuxième fois). "Je ne suis pas encore une femme, mais je ne suis plus une petite fille non plus.
    [Les producteurs] me disent "oh, dans quelques années tu seras parfaite pour ce rôle". Sûrement, oui, mais je veux faire des études d'anglais, donc ça risque d'être assez difficile de choisir entre les deux."

    A part Harry Potter, elle a joué dans le conte pour petites filles "Ballet Shoes" et fait maintenant la promotion de son rôle de Princess Pea dans le prochain film d'animation mettant en scène une souris : "Le conte de Desperaux". Mais que va-t-elle faire quand elle sera trop vieille pour les rubans, les mitaines et les chatons magiques ? "Je vais devoir faire face à un dilemme, parce que quand l'aventure Harry Potter sera finie, je ne sais pas" dit-elle. "Je veux sans aucun doute aller à la fac".

    Et avec la plus haute note dans 3 matières cet été à son école, Headington School à Oxford ("J'ai travaillé très dur") le monde est à la portée de sa main. Elle dit être intéressée par les universités de la Ivy League (les 8 universités les plus prestigieuses des Etats-Unis) et avoir été mise en relation avec l'université de Cambridge.
    J'espère qu'elle ira :il y a une ténacité et une honnêteté en elle qui semblent perdues dans le monde stupide des grosses productions. Regardez sa brillante campagne, à huit ans, pour obteir le rôle d'Hermione. "Je me suis entraînée, etntraînée, entraînée" se souvient-elle. "Quand j'au eu le rôle, les gens n'ont pas arrêté de me demander "pourquoi toi ?" Et je me souviens simplement d'avoir vu une pub pour L'Oréal à la télé et du slogan avec un fort accent américain. "Parce que je le vaux bien". Ce fut ma réponse à l'époque. Maintenant c'est plutôt... Je ne sais pas, c'est juste que je l'ai eu".

    Donc, en 20 ans, je peux assez facilement la voir devenir brillante avocate ou fonctionnaire (dans le bon sens du terme, bien sûr).Et peut être l'imagine-t-elle également. "J'ai assez à faire sans la célébrité" dit-elle.  "J'ai une famille qui m'apporte beaucoup de soutien et une vie bien remplie loin de Harry Potter. Il y a très peu de chances pour que je fasse partie d'un projet aussi énorme un jour, donc je dois faire avec. Je ne vais pas accepter un boulot parce que, merde, je ne sais rien faire d'autre."
    Elle adore toujours autant jouer, naturellement -et elle serait même prête à se déshabiller ! "Oui. Pour Bernardo Bertolucci. Cela... dépend. Je n'enlèverai pas mes sous-vêtements dans un futur proche, mais cela fait partie de mon travail."

    Emma partage son temps entre la maison de son père à Hampstead (ses parents sont divorcés) et celle de sa mère dans le Comté d'Oxford. Assez gentiment, elle garde toutes ses robes pour ses deux petites demi-soeurs, des jumelles. "Je suis très sentimentale" dit-elle. "J'accumule, j'accumule, j'accumule... J'ai des boîtes pleines de cartes postales, de lettres et de photos."
    En dehors des plateaux, elle fait des choses normales de nouveaux bacheliers, comme traîner dans les boîtes de nuit d'Oxford avec ses amies. "La vérité c'est que je ne suis pas quelqu'un de très "cool" " dit-elle en haussant les épaules.
    Elle n'est pas du genre à dépasser les limites (elle n'a, par exemple, jamais été tentée de sortir avec Daniel ou Rupert). "Le public voudrait désespérémentq ue cela arrive (elle lève les yeux au ciel). Ce serait littéralement [un mariage royal]. La chance, la chance... Ce serait un tel cauchemar !"

    Elle croit au coup de foudre, mais je ne tirerai rien d'elle sur le garçon avec qui elle sort en ce moment. Je soupçonne que c'est un "civil", un de sa bande d'amis d'Oxford (elle est, par le passé, sortie avec quelqu'un de l'école de garçons locale). Est-elle amoureuse ? "Je ne sais pas" avoue-t-elle avant de devenir rouge comme une tomate.

    Malgré ses protestations selon lesquelles elle n'est vraiment pas une fille cool, malgré toutes ses sorties provinciales et ses boîtes à souvenirs, je e peux pas m'empêcher de remarquer qu'elle adore les grandes fêtes du monde le ma mode (Chanel, National Gallery, toujours vêtue de vêtements couleur crème) et je connais assurément quelqu'un qui lui a servi de styliste.
    Alors que se passe-t-il en réalité ? "Les fêtes, c'est marrant quand vous êtes avec des amis", dit-elle, même si rencontrer son public est souvent une expérience délicate. "Je pense qu'il est difficile pour les gens de savoir comment ils doivent se comporter avec moi quand ils me rencontrent. Certaines personnes s'efforcent par tous les moyens d'éviter tout sujet en rapport avec Harry Potter, la célébrité, le métier d'acteur etc, et j'apprécie vraiment cette attitude, mais cela peut sembler délicat aussi. C'est difficile de rencontrer de nouvelles personnes, et c'est difficile pour eux de savoir ce qu'ils doivent faire."

    Alors... A-t-elle quelque chose d'une Dame ? Et si non, pourquoi ?
    Emma glousse.
    "Il m'est vraiment difficile de dire ce qu'est la jalousie et ce que c'est, les gens qui ne m'aiment pas.
    Les gens doivent simplement penser que je suis une garce", dit-elle.
    Ben, c'est pas le cas.
    Moi, je pense qu'elle est tout simplement divine.

     Merci à Elliana pour la traduction et qui rejoint l'équipe d'EmmaTisation pour les traductionsMerci aussi à Azzn pour l'aide dans la traduction


    3 commentaires
  • Interview d'Emma Watson

    septembre 2008

     Emma Watson prend une pause dans le tournage des films pour voyager... L'actrice des Harry Potter qui joue Hermione Granger dans la franchise du magicien , a décidé de voir le monde suite à l'ajournement de la date de sortie du film Harry Potter et le Prince de Sang- Mélé.

    Emma, 18 ans, nous raconte : "Je reviens du Kenya, c'était étonnant ! Je voulais toujours y aller une fois. Je suis allé à Masai Mara et je suis allée sur les côtes. Je viens d'arriver juste de Hong-Kong aussi".

    Je veux aussi passer à New-York pour voir Daniel Radcliffe dans Equus. Je vais profiter de mon congé. "Le 6ème film devait à  l'origine être projeté pour la sortie en novembre de cette année, mais il a été poussé  jusqu'à juillet 2009 par la société cinématographique, la Warner Bros".

    Mais Emma n'est pas inquiétée que les fans perdront leur engouement à cause du retard. Elle a ajouté : "La nouvelle date créera plus d'agitation, le mettra plus en valeur ce qui donnera un film  encore meilleur !"

    Emma a récemment révélé qu'elle pense à aller à l'université l'année suivante et envisage d'étudier un pour un diplôme d'arts en Amérique. 

    Emma : "Je me suis adressé à quelques universités pour l'année suivante, y compris plusieurs américains. Si je vais vraiment aux U.S.A c'est pour faire un diplôme d'arts libéral, mais si je reste au Royaume-Uni, je ferai un diplôme de Littérature anglaise."


    15 commentaires
  • Le futur d'Emma Watson

    Y'a t-il une vie après Hermione pour Emma Watson, la jeune héroïne de la série Harry Potter ? Agée de 17 ans désormais, elle expose à Lucy Cavendish, reporter pour le Telegraph, son premier rôle où elle ne jouera pas une sorcière, et comment elle a l'impression d'avoir gagné à la loterie !

    L'interview traduite

    Emma Watson a attiré l'œil du public depuis ce qui semble être un éternité. Nous l'avons tous découverte il y a huit ans quand elle tourna le rôle d'Hermione Granger dans le premier Harry Potter, et ça a continué depuis. Ce n'est donc pas si surprenant que son attaché de presse soit excité. « C'est sa première interview en dehors de la franchise Harry Potter, » me murmure t-il à l'oreille sur le chemin pour rencontrer la jeune fille de 17 ans. « Elle peut être un peu timide. » Nous passons un angle et nous tombons sur Emma qui tourne dans une cuisine, sirotant nerveusement du jus de fruit. Elle a l'air très jolie mais aussi très juvénile dans son uniforme composé de bas trois quart, de chaussure à talon en faux léopard et d'une veste brune en cuir mou. Elle a de longs cheveux blonds, un beau visage et des sourcils épilés très sombres, et elle a l'air toujours terriblement jeune malgré tout ce qu'elle a vécu durant sa courte vie.

    De bien des façons, il est difficile de la séparer d'Hermione Granger. « Oui, c'est dur, n'est-ce
     pas ? »^dit-elle précipitamment. « Des fois même moi je me demande qui je suis, car je connais Hermione trop bien. Mon petit frère, Toby, qui a trois ans, se met en colère parfois car quand il me voit dans Harry Potter il ne comprend pas comment je peux être à la fois Emma et Hermione en même temps, » ajoute t-elle.

    Ce Noël néanmoins, elle n'est pas Hermione mais Pauline Fossil dans Ballet Shoes, une adaptation du roman populaire de Noel Streatfeild sur BBC One. Il s'agit d'une distribution fameuse incluant Victoria Wood, Richard Griffiths (Oncle Vernon dans la franchise Potter), Eileen Atkins, Harriet Walter et Emilia Fox. L'histoire de trois pauvres orphelines, Pauline, Petrova et Posy, qui doivent triompher de l'adversité par leurs propres talents, a enchanté des générations de jeunes filles. Il s'agit d'un conte qui réchauffe le cœur, plein de robes en organza, d'habits en velours, de colères et de pleurs. Pauline se révèle être une actrice brillante et Posy s'affirme en danseuse, tandis que Petrova brille à réparer les voitures et à piloter des avions.

    La manière dont va être reçue sa performance est évidemment très importante pour Emma. « C'est la première fois que je serais quelque chose d'autre qu'Hermione, » dit-elle, jouant avec les coussins. « Pauline a une forte volonté, d'une certaine façon elle ressemble à Hermione, mais elle n'est pas studieuse. En fait, elle me rappelle moi quand j'étais enfant, beaucoup plus que ne le faisait Hermione. Pauline est totalement obsédée par devenir une actrice et j'étais juste comme cela quand j'étais plus jeune. J'en rêvais. Je m'entraînais à faire des discours devant des miroirs. A chaque fête à l'école, j'y allais. J'étais un peu une « m'a-tu-vu » dans le sens que je profitais de toutes les occasions pour me montrer. J'avais l'habitude de gémir, de me plaindre, de crier, et les petits accrocs prenaient tout de suite des proportions gigantesques. Je ne sais pas comment mes parents résistaient, vraiment. » Elle ajoute qu'elle n'est plus comme cela à présent. « J'ai grandi un peu, » dit-elle. « Je n'ai pas eu le choix. »

    On peut dire qu'elle ne prend pas de risques avec la tranquille Pauline Fossil, pas comme Daniel Radcliffe qui a gagné en notoriété en se déshabillant sur scène pour Equus. Ne désirait-elle pas faire quelque chose de plus radical, un peu plus en rupture ? « Oh, Dieu, non ! » répond t-elle. « Cela a déjà mis mes nerfs en pelote. J'étais si nerveuse que j'ai failli tout mettre par terre. J'avais à peine fini le dernier Harry Potter, et c'était les vacances d'été. Je n'avais pas eu de pause, mais je me suis dit, "Je veux être une actrice, une vraie actrice qui s'occupe de sa carrière." J'ai toujours attendu d'être appelé et j'ai pensé, "Si je ne suis pas bonne, c'est le moment de le découvrir." »

    Est-ce qu'elle pense qu'elle est une bonne actrice ? Elle me répond que le premier jour elle pouvait à peine parler, mais qu'une fois dans le bain, l'ensemble coulait de source pour elle. « Est-ce que ça à l'air fou ? » demande t-elle. Elle travaillait également tellement qu'elle avait à peine le temps de penser. « Le tournage a duré quatre semaines. Les Harry Potter s'étalent sur des mois. Et je ne suis plus considérée comme une actrice enfant, je n'ai plus des horaires limités, j'ai été stupéfaite de combien c'était dur. Mais j'ai adoré ça. »

    De plusieurs façons, la carrière d'Emma Watson a trait à la fantasy jusqu'à présent - le territoire enchanté de Harry Potter - le monde fantastique des acteurs des enfants Fossil. Même sa propre vie apparaît comme aussi fantastique que celle de ses personnages. Elle était âgée de neuf ans seulement quand les producteurs de Harry Potter sont apparus à la Dragon School d'Oxford cherchant leur Hermione. « Je pense qu'il y avait environ 18 d'entres nous, » dit-elle, « et nous ne savions pas pour qui nous auditionnions, mais je savais que je voulais être Hermione. Je n'avais aucun intérêt pour les autres rôles. J'avais le sentiment que j'étais vraiment Hermione. » Elle passa ensuite une succession d'auditions rigoureuses, de screen tests et très rapidement elle réalisa qu'elle était en course pour le rôle dont elle rêvait.

    « En fait, j'étais obsédée. Ma mère était très soucieuse. Elle a essayé de me dire comment d'autres opportunités arriveraient, mais je ne voulais pas l'écouter. J'avais trop investi. » A présent, elle dit qu'elle pense qu'il était incroyable qu'elle obtienne le rôle. « Je me suis dit que j'avais gagné à la loterie. »

    La contrepartie, par contre, c'est que la majeure partie de son enfance à été mise sur bande alors qu'elle en a difficilement eu une. Est-ce qu'elle voit son enfance comme anormal ? Emma réfléchit un peu. « Oui, je suppose que oui. Je suis très concentrée et très motivée, j'ai donc vraiment essayé de combiner ma vie d'actrice avec être une élève, et jusqu'à présent cela a marché. » Je précise que ce n'était pas vraiment ce à quoi je faisais allusion. Elle est évidemment très intelligente. Peu de jeunes filles peuvent tourner 9 mois de l'année et obtenir des A à leurs examens comme l'a fait Watson l'été dernier. Il lui reste encore deux Harry Potter à tourner - elle aura 20 ans quand le dernier sera en boite - mais elle candidate déjà pour rentrer à Cambridge pour lire de la littérature anglaise et de la philosophie. « J'ai l'impression que c'est terriblement important que je continue mon éducation, au cas où ma carrière cinématographique ne marcherait pas. »

    Je suis plus intéressée par ses relations avec ses camarades. Comment s'en sort-elle ? La plupart des années collège des adolescentes sont formées de rituels compliqués d'amitié impliquant une part égale de joie et de cœurs brisés quand chacun s'efforce d'être la plus en vue. Que reste t-il pour cette élève à mi-temps ? « En fait, c'est très difficile, » confie t-elle. « Quand j'ai appris que j'avais le rôle d'Hermione, ma mère m'a dit que c'était très important que je conserve les amis que j'avais déjà. Elle m'a dit que pour le futur il serait important de connaître des gens qui m'apprécie pour moi-même et non pour ma carrière. A ce moment-là, je ne la croyais pas. J'étais trop excité, je m'en moquais, mais maintenant je sais exactement ce qu'elle a voulu dire. »

    Emma dit que ce n'est pas juste l'argent mais le fait de ne pas pouvoir s'intégrer. « Cela prend du temps à tout le monde pour s'ajuster, » dit-elle. « Je ne suis pas la fille avec qui ils prennent le bus 19 pour aller prendre un café en ville. En réalité, à chaque fois que j'ai essayé de mener ce genre de vie, cela a été très embarrassant parce que je provoque des attroupements. J'ai fini par me cacher dans des endroits bizarres comme le rayon informatique de Dixons. C'est une expérience désagréable pour tout le monde. Des fois, je regrette le fait de ne pas avoir pu être vraiment une adolescente car j'ai été Hermione pendant trop longtemps. »

    Le rôle l'a rendu riche néanmoins - on dit qu'elle pèse environ 10 millions de livres (NdT : 14 millions d'euro) - et elle reconnaît que ce peut être un terrain miné avec les jeunes de son âge. « Je ne dépense pas beaucoup d'argent, » confie t-elle. « J'essaie vraiment de m'en abstenir. » La chose la plus chère qu'elle ait acheté est un ordinateur portable.

    Tandis que la liste des choses auxquelles elle n'a jamais eu droit continue, je commence à me sentir plutôt malheureuse pour elle. En tant que jeune fille, elle a du adapter sa vie sur les plateaux loin de sa famille. Ses parents, me dit-elle, sont tous les deux des avocats travaillant beaucoup, ce qui veut dire qu'aucun d'entre eux n'a beaucoup de temps pour lui rendre visite. Ils ont divorcés quand elle avait cinq ans mais elle est visiblement très attachée aux deux. Elle a grandi avec sa mère, Jacqueline dans le comté d'Oxford mais elle passait tous ses week-ends dans la maison londonienne de son père Chris. « Je suis une parmi sept enfants désormais. Mon père et son amie ont Toby et des jumelles, Lucy et Nina, et l'ami de ma mère a deux garçons. » (Les jumelles se partagent le rôle de Pauline enfant dans Ballet Shoes.) Elle a aussi un petit frère, Alexander, né du premier mariage de ses parents. « C'est à peu près le seul mec avec lequel je peux sortir sans causé un tollé, » explique t-elle. Elle ne peut pas avoir une relation,car quelque soit l'homme avec lequel elle est vu est automatiquement baptisé son nouveau « petit ami » par la presse et par conséquent mis à la porte. Elle ne peut pas être ivre et mettre le bazar, ou mal se conduire, ou pleurer dans la rue, ou se faire percer des parties de son corps ou faire quoi que ce soit de controversé par peur d'avoir sa vie privée envahie.

    On n'a de cesse de lui demandé comment va sa relation avec Radcliffe ou Rupert Grint, qui joue Ron. « Nous sommes bons amis, » répond t-elle. L'été dernier la rumeur voulait qu'elle sortait avec la jeune star de rugby Tom Ducker après qu'ils aient été vu en vacances ensemble sur la Riviera - selon la presse, ils se seraient séparés le mois dernier. Elle a de nouveau fait les premières pages des magazines people quand elle s'est présentée à un bal en compagnie de son collègue acteur Henry Lloyd-Hughes, qui figurait dans le quatrième Harry Potter.

    « Penser à toute cette publicité me gèle jusqu'à la moelle, » dit-elle. Je déteste voir mon nom en première page. Je vais marcher devant une bouche de métro et voir quelque chose à mon sujet, et je vais essayer de ne pas le lire mais c'est difficile. Qui n'aime pas savoir ce qui se dit de lui ? Mais c'est toujours écrit comme si la personne me connaît. Mais c'est faux.« Je lui réponds que justement c'est le but. Nous avons tous l'impression de la connaître car nous pouvons remonter jusqu'à ses 11 ans quand elle portait de petites robes, qui aurait pu appartenir à Pauline Fossil, pour les premières de Potter. En fait, le plus j'y pense, le plus elle ressemble à Pauline. Toutes deux n'ont pas vraiment de vie, en dehors des tournages. Mais des avantages doivent sûrement exister à ce métier. »Oh, absolument,« affirme Watson. »J'ai rencontré des acteurs fabuleux.^^

    Elle apprécie aussi de s'habiller pour le tapis rouge. « J'aime pas mal le glamour, en réalité, » ajoute t-elle. « Je n'ai pas de styliste, car il semblerait que j'ai des soucis avec eux, mais j'ai de bons liens avec Chanel. » Elle dit qu'ils lui envoient leurs designs pour les voir et qu'elle peut commander ceux qui lui plaisent. « Cela rend la vie plus facile car je n'ai pas vraiment besoin d'y penser. » En fait, elle mentionne qu'elle aimerait vraiment aller à un défilé Chanel. « Je n'ai jamais été à un défilé de mode avant, » dit-elle avec excitation. « Je ne peux pas attendre. »

    Elle termine en me confiant qu'elle était attiré par Ballet Shoes non seulement pour se prouver qu'elle pouvait exprimer plus que les moues d'Hermione, mais aussi parce que cela donne au spectateur une chance de voir un monde, qui selon elle, captive tout ceux qu'il touche. Pourtant le livre a été écrit en 1936, et il parle des conséquences d'une guerre et du début d'une autre. Emma pense t-elle que cela peut interpeller, même vaguement, les filles de sa génération ?

    « Oui, je pense que c'est toujours pertinent, » répond-t-elle avec enthousiasme. « Tout le monde aime ce monde, non ? Ce qui se passe derrière la scène d'un théâtre durant les répétitions ou derrière le plateau de tournage d'un film. Je pensais que ce serait si glamour, si excitant. » Et ça l'est ? Emma Watson me regarde avec surprise. « Oui, » assure t-elle les yeux grand ouverts, « bien sur. »

    SOURCE: http://www.elbakin.net/ - SOURCE ORIGINALE: http://www.telegraph.co.uk


    votre commentaire
  • RETROUVEZ ICI LA PLUPART DES INTERVIEWS DONNEES PAR EMMA WATSON A LA PRESSE ECRITE

     


    votre commentaire
  • Pourquoi Emma dit suivant !

    Traduction anti-ewatson - 12:01am GMT 16/12/2007

     

     Y a-t-il une vie après Hermione pour Emma Watson, la jeune héroïne des films d'Harry Potter ? Maintenant à 17ans, elle parle à Lucie Cavendish de son premier rôle de non-magicienne et comment elle se considère comme si elle "avait gagné à la loterie"


    Voici la carrière d'Emma Watson en images  

    Emma Watson a été dans l'oeil du  public pour ce qui semble être connue depuis toujours. Nous avons tous pris conscience que depuis ses huit ans, quand elle a été choisie comme Hermione Granger dans le premier film d'Harry Potter, Emma Watson y est depuis toujours. Ce n'est pas étonnant que sa machine de promotion se tourmente quelque peu. " C'est sa première interview loin d'Harry Potter, " me dit mon Rédacteur en Chef qui me chuchote sur notre façon de rencontrer l'adolescente de  17 ans." Elle sera peut être timide. "

    Nous nous tournons dans un coin pour trouver Emma se cachant dans une cuisine, buvant nerveusement à petits coups une boisson. Nous regardons cette gamine en uniforme d'actuelle en caleçon long de trois-quart longueurs, fausses chaussures de léopard et une veste de bombardier brun. Elle a des longs cheveux blonds, un visage propre et des sourcils pincés très sombres. Emma semble toujours terriblement jeune, malgré tout ce qu'elle a éprouvée jusqu'ici dans sa courte vie.

    De beaucoup de façons, il très est dur de la séparer d'Hermione Granger. "Oui,  n'est-ce pas ? " Elle dit tout dans une ruée. " Parfois même je suis moi même embrouillée parce que je connais Hermione tellement bien. Mon petit frère, Toby, qui a trois ans, devient très fâché contre contre moi parfois parce que quand il me voit dans Harry Potter, il ne peut pas comprendre comment je peux être Emma et Hermione en même temps, ' dit-elle.

     Ce Noël, cependant, Emma ne sera pas Hermione, mais Pauline Fossil dans Ballet Shoes, une adaptation du roman de Noel Streatfeild,  très populaire sur la B.B.C. Il a d'un coup rajouté Victoria Wood, Richard Griffiths (l'Oncle Vernon dans la franchise de Harry Potter), Eileen Atkins, Harriet Walter et Emilia Fox. L'histoire de trois orphelines appauvris, Pauline, Petrova et  Posy, qui doivent triompher de l'adversité par leurs propres talent et qui a ravi des générations de jeunes filles.

    C'est un conte réconfortant plein de robes d'organza, des robes de velours, des crises de colère et des larmes. Pauline s'avère être une actrice brillante et un Posy une danseuse prométeuse, tandis que Petrova s'illustre à la réparation de voitures et d'avions volants.

    Emma Watson est très soucieuse du fait de son image suite à cette nouvelle production.

     "C'est la première fois que je ne suis pas du tout Hermione, "dit-elle, jouant avec les coussins. 

    " Pauline est entêtée, ainsi de cette façon elle est tout à fait comme Hermione, mais elle n'est pas universitaire. En fait, elle me rappelle en réalité  moi comme une enfant, beaucoup plus qu'Hermione. Pauline est tout à fait hantée avec l'ambition d'être une actrice et j'étais comme sa quand j'étais plus jeune. J'en ai rêvé. J'ai pratiqué des discours devant des miroirs."

    "Chaque fois qu'il y avait une pièce à l'école, j'y allait. J'étais probablement un peu une "m'à-tu-vue" dans le sens que je faisait n'importe quoi pour avoir la chance de me lever et d'être vu, " Elle ressemble à un cauchemar. "J'étais une telle reine de drame" me confie-t-elle, rougissant un peu. "J'ai eu l'habitude de hurler, gémir et pleurer et petites choses ont été faites sans être de grandes choses. Je ne sais pas comment mes parents ont été encore debout avec tout cela, vraiment. " Elle dit qu'elle n'est pas comme ça du tout maintenant. " J'ai grandi depuis" nous confie-t-elle.

     

    Il se pourrait qu'elle joue son compte en banque avec Pauline Fossil, à la différence de Daniel Radcliffe qui a gagné la notoriété pour tout enlever dans Equus. Elle n'a pas voulu faire quelque chose un peu plus de radical, s' éclater un peu plus ?

    "Oh, Dieu, non! " dit-elle. " C'était assez stressant. J'étais si nerveuse et je l'ai presque rejeté. Je venais de finir le dernier film d'Harry Potter et c'était les vacances d'été, mais je n'avais pas eu de pause,  alors j'ai pensé: "Je veux  vraiment être une actrice, une actrice appropriée qui le fait pour sa carrière." Je m'attends toujours être découverte et j'ai pensé, "si je suis inutile,  c'est maintenant le temps pour découvrir d'autres choses." '

    Pense-t-elle qu'elle y travaille bien ? Emma me dit que le premier jour, elle ne pourrait à peine parler, mais qu'une fois qu'une fois la première partie passée, tout allait mieux pour elle. " Cela semble fou ? " s'est pensé Emma. Aussi, elle a travaillé si durement qu'elle avait à peine le temps pour y penser. " Cela a été dur pendant plus de quatre semaines. Les films Harry Potter continuent pendant des mois. Et je ne suis pas classé comme un acteur d'enfant désormais, donc je ne travaille pas d'heures limitées; j'ai été stupéfié de voir comment tout était dur. Mais j'ai aimé cela cependant "

    De beaucoup de façons, la carrière d'Emma Watson a jusqu'ici eu affaire dans la fantaisie - la terre de fantaisie d'Harry Potter, le monde d'exécution de fantaisie des enfants de Fossile. Même sa propre vie semble avoir été aussi fantastique que celui de ses personnages. Elle avait seulement neuf ans quand les producteurs d'Harry Potter ont apparus dans son école à Oxford cherchant leur Hermione. "Je pense qu'il y avait environ 18 d'entre nous, '" dit-elle, " et nous n'avons pas été sûrs qui nous auditionnions puisque mais je savais que j'ai voulu être Hermione. " Elle a alors passé un nombre rigoureux d'auditions et des essais à l'écran et assez rapidement elle s'est rendue compte qu'elle était prise pour le rôle dont elle avait rêvé.

    "En réalité, j'ai été hanté avec cela, " dit-elle. " Ma mère a été si inquiéte de moi. Elle a essayé de me parler comment d'autres occasions m'aborderaient, mais je n'écoutais pas. Je m'était tant investit pour cela.  Maintenant elle dit qu'elle pense que c'est incroyable ce que j'ai pu accomplir. Je me dis juste que j'ai gagné la loterie, vraiment." '

       Le résultat, c'est que non seulement la plupart de son enfance été documenté sur le film, mais elle n'a pas vue le temps passer. Voit-elle son enfance comme incorrecte ? Watson y pense en effet. " Oui, je pense à ce que j'ai fait, " dit-elle. '"Je suis très concentré et très motivé, donc j'ai essayé très durement de me combiner d'être une actrice et une étudiante et jusqu'ici cela à marché. Je ne dis que je ne me référais pas en réalité à sa vie universitaire". Elle est évidemment fortement intelligente. Pas beaucoup de filles pourraient tourner pendant neuf mois de l'année et obtenir d'une façon ou d'une autre des catégories dans tous les quatre  AS levels comme Emma Watson a fait l'été dernier. Elle a toujours deux films d'Harry Potter pour tourner- elle aura 20 ans quand la boucle sera bouclé pour les Harry Potter - mais elle veut aller à Cambridge pour lire l'anglais et la philosophie. " J'estime qu'il est terriblement important de continuer d'étudier dans le cas où la vie d'actrice n'est pas vraiment faite pour moi."

    Je me suis plus intéressée par ses relations avec son groupe d'amies. Comment le gère-t-elle ? Les années scolaires de la plupart des adolescentes sont composées de rituels d'amitié compliqués impliquant les quantités égales de joie, peine de coeur et quand chacun se bouscule pour sa position. Où laisse-t-il cette écolière à temps partiel ? " Cella a été en réalité très dur" dit-elle. " Quand j'ai entendu dire que j'avais le rôle de Hermione, ma mère m'a dit il était très important de garder les amis que je m'était faits déjà.'Elle m'a dit que dans l'avenir il serait important de savoir que les gens m'ont aimé pour moi et pas à cause de ma carrière. Un certain temps je ne l'ai pas crue. J'ai été si enthousiasmé que je ne pouvais pas me soucier, mais maintenant je sais exactement ce qu'elle signifie. '

    Emma Watson dit que ce n'est pas juste l'argent, mais le manque de capacité d'avancer '"Il prend du temps pour chacun pour s'adapter, "dit-elle. " Je ne suis pas du type à prendre l'autobus 19 avec mon café en main. J'ai terminé de me cacher en endroits inattendus comme le département informatique dans Dixons. C'est une expérience inconfortable pour chacun. Parfois je manque le fait que je n'ai jamais vraiment été une adolescente parce que j'ai été Hermione pendant une telle longue période."

     

    Le rôle l'a faite très riche, quoique - on dit qu'elle vaut de £ 10 millions - et elle reconnaît le fait que c'est aussi un champ de mines potentiel pour d'autres de son âge. " Je ne dépense pas des sommes d'argent énormes, " dit-elle. "La chose la plus chère elle s'est jamais achetée est un ordinateur portable."

    En fait, comme la liste continue de toutes les choses elle a dû laisser passer, je commence à me sentir plutôt désolé d'elle. Comment une jeune fille comme elle a dû s'adapter à la vie d'acteur loin de sa famille? Ses parents, me dit-elle, sont deux deux des avocats travailleurs, ce qui signifie qu'aucun d'entre eux n'avaient beaucoup de temps pour venir la voir. Ils se sont séparés quand elle avait cinq ans mais elle est évidemment très près de tous les deux. Elle a grandi avec sa mère, Jacqueline, dans Oxfordshire, mais a passé chaque week-end à la maison de son père Chris à Londres. "Je suis dans une famille de sept enfants maintenant "dit-elle.

    Mon père et son amie ont eu  Toby et des jumelles, Lucie et Nina et l'ami et  ma mère ont eu deux garçons. ' (Les jumelles partagent le rôle Pauline jeune dans  Ballet Shoes.) Elle a aussi un frère plus jeune, Alexandre, du mariage de ses parents du premier union. " Il est du seul type que je peux sortir avec et ne pas causer une agitation " dit-elle. Elle ne peut pas vraiment avoir une relation, comme chaque homme avec qui on la voit  est appelé son 'petit ami' par la Presse et démarché par conséquent . Elle ne peut pas s'enivrer et faire la voyou, ou se conduire mal, ou de crier dans la rue, ou faire des piercings ou faire quoi que ce soit qui pourrait être controversé de crainte de voir  sa vie privée envahie.

    On lui demande toujours de sa relation avec Radcliffe et Rupert Grint, qui joue Ron. ' Nous sommes de bons amis, ' dit-elle. En été elle était devenue la petite amie de la star de rugby de Guêpes Tom Ducker après qu'ils ont été découverts en vacances ensemble sur le Riviera - selon des reportages ils se sont séparés le mois dernier. Alors elle a frappé les premières pages de la presse people quand elle a apparu à une soirée avec l'acteur  Henry Lloyd-Hughes, qui avait un petit rôle dans quatrième Harry Potter.

    "La pensée de tous ces refroidissements de publicité me font froid dans le dos, " dit-elle. " J'ai horreur voir mon nom sur l'entête d'un magazine. Si je marche devant une Station de métro et voit quelque chose de moi et j'essaye de ne pas le lire mais c'est dur. Qui ne veut pas lire  ? Mais il est toujours écrit avec ce ton - comme si la personne me connaît. Mais ils ne me connaissent pas. "

     Mais c'est justement de cela qu'il s'agit. Nous nous sentont tous vraiment comme si nous la connaissons car nous avons pu la suivre depuis ses 11 ans jusqu'à son dernier rôle de Pauline Fossil. En fait, plus j'y pense,elle se rapproche de Pauline. Toute les deux ont à peine une vie. Mais sûrement il doit y avoir des avantages dans ce genre travail. " Oh, absolument, " dit Watson fermement. " J'ai rencontré quelques acteurs étonnants. "

    Elle aime aussi s'habiller pour somptueusement. " J'aime vraiment  la mode, en réalité," ' dit-elle. "Je n'ai pas de styliste, comme je semble avoir un problème avec eux, mais j'ai une relation avec Chanel. " Elle dit qu'ils lui envoyent leurs conceptions pour regarder et ensuite elle peut commander dans ce qu'elle aime. " Sa fait que la vie d'actrice est beaucoup plus facile, " dit-elle, " parce que je ne dois pas vraiment y penser. " En fait, elle dit, la chose qu'elle attend vraiment avec impatience à l'heure actuelle à un défilé de Chanel. . " Je n'ai jamais été à un défilé de mode auparavant, " dit-elle avec agitation. " Je ne peux plus d'attendre. "

    Elle finit en me disant elle a été touchée pour faire Ballet Shoes non seulement pour se prouver qu'elle pourrait faire plus que des impressions d'Hermione , mais aussi parce qu'il donne au téléspectateur une chance de la voir dans un monde que, à son avis, captive et touche chacun d'entre nous. De plus le livre a été écrit en 1936; il est de la conséquence d'une guerre, le commencement d'un autre. Watson pense-t-elle que c'est  approprié aux filles de sa génération ?

     

    "Oui, je pense toujours que c'est approprié, " Dit-elle avec enthousiasme. "Chacun aime ce monde, n'est-ce pas ? Le monde des coulisses de ce qui continue en réalité pendant les répétitions d'une pièce ou la fabrication d'un film. J'ai pensé que ce serait si fascinant et excitant.  Et n'est-ce pas ?" Emma Watson me regarde dans la surprise. "Oui, '"me dit -elle avec un large regard "bien sûr."

     


    8 commentaires
  •  La réaction d’Emma Watson


    Cela fait un moment déjà que J.K. Rowling a terminé son “Open Book Tour” aux États-Unis, évènement lors duquel elle avait fait des révélations qui ont secoué la planète toute entière.
    Et pour preuve, on parle encore de la révélation de l’auteur concernant Dumbledore lorsque celle-ci a déclaré que le directeur de Poudlard, mort à la fin du sixième tome, était homosexuel.

    Après Daniel Radcliffe (Harry Potter), Tom Felton (Drago Malefoy) et David Thewlis (Remus Lupin), c’est au tour d’Emma Watson (Hermione Granger) de nous donner ses impressions concernant la nouvelle. Voici ce que rapporte l’Edmonton Sun :

    « HERTFORDSHIRE, Angleterre — L’actrice Emma Watson est stupéfaite par le scandale qu’a créé la révélation selon laquelle le Professeur Dumbledore, mentor de Harry Potter, est homosexuel. »

    “Je ne pouvais pas croire ce que je lisais”, explique Watson au Sun Media concernant la réaction négative à l’encontre de J.K. Rowling. “Nous sommes au 21ème siècle ! Je ne peux tout simplement pas comprendre tout le ramdam qui a résulté du fait que Dumbledore ait été révélé comme étant gay.

    Watson a déclaré ceci sur le plateau de “Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé”. Watson, qui interprète le rôle de Hermione, l’amie de Harry, était enchanté lorsque J.K. Rowling a déclaré avec désinvolture pour la première fois que Dumbledore était homosexuel.

    “Je n’y avais jamais pensé auparavant mais, quand elle l’a dit, j’ai pensé, ‘Oh, oui, tout s’explique.’”

    Cependant, Watson trouve cela épouvantable que des parents ait annoncé qu’ils ne laisseraient pas leurs enfants lire les livres ou regarder les films.

    Je trouve cela tellement choquant... Oh mon dieu ! Oh la la !”

     


    6 commentaires
  • Emma Watson pense avoir manqué son adolescence

     

    05/07/2007 la fameuse "Hermione" d'"Harry Potter" déteste être une star, parce que cela l'a empêchée, selon elle, d'apprécier ses années d'adolescence.L'actrice, qui tient le rôle d'Hermione Granger depuis 2001, pense avoir manqué certains aspects de son enfance et de sa jeunesse, et est jalouse des "folles expériences" qu'expérimentent ses amis en grandissant. Elle déclare "Une des choses qui est bien quand vous êtes adolescent, c'est de faire exactement ce que vous voulez, teindre vos cheveux dans des couleurs bizarres, expérimenter et faire des choses folles. Je ne peux malheureusement pas faire cela au même titre que mes amis". L'actrice ajoute qu'elle n'a pas encore beaucoup de succès auprès du sexe opposé, mais attend avec impatience un copain potentiel. Elle ajoute: "J'ai juste à attendre. Peut-être qu'une personne me découvrira".


    14 commentaires
  • "Harry Potter et l'ordre du Phénix" : sorciers au micro !

    Un nouveau réalisateur
    Rupert Grint : L'ambiance était plus détendue sur ce cinquième volet je crois, car
    David Yates est quelqu'un de très calme, qui apaise tout le monde sur le plateau. Très différent de Mike Newell par exemple.

    Emma Watson : Oui, il est très excentrique. C'est un vrai Anglais. Et oui, il y a une vraie différence en terme d'ambiance en fnction du réalisateur et de sa personnalité, car au final, c'est lui qui donne le rythme et l'impulsion sur le plateau. Sur ce cinquième film, comme le disait Rupert, l'ambiance était assez détendue, très sympa.
    David trouvait toujours le temps de nous parler, de nous écouter, d'échanger des idées avec nous. C'était vraiment sympa...

    Daniel Radcliffe : Plus important encore à mes yeux :
    David a pris le temps de nous parler, mais aussi de parler à tout le monde. C'est un homme charmant, un homme délicieux et très calme, doublé d'un grand réalisateur. Nous avons eu beaucoup de chance de l'avoir. C'était assez détendu effectivement, mais en même temps plein d'énergie, avec beaucoup de concentration. Il savait en arrivant sur le plateau quelle histoire raconter, et comment la raconter. Donc il y avait une vraie concentration, et une vraie ambition de faire de ce film le meilleur de tous.

    Emma Watson : J'aimerais également préciser -et je tiens à dire que c'est assez incroyable compte tenu de l'ampleur de cette production et du nombre de gens au travail sur le projet- que
    David connaissait tout le monde par son prénom ! Pas seulement pour les acteurs principaux mais pour tout le monde. Il a fait en sorte d'apprendre les noms des autres acteurs, d'aller les voir, de leur parler, de les connaître en tant que personnes. Il a fait en sorte de faire partie de l'équipe. Je l'admire vraiment pour ça. Et nous le respectons tous pour ça.

    Un vrai directeur d'acteurs
    Daniel Radcliffe : Je parlais des fois où
    David venait me voir à la fin d'une scène et me disait simplement : "Celle-ci était bien, mais elle ne paraissait pas réelle. Tu peux faire beaucoup mieux que ça et tu le sais." Il y avait des fois où je pensais, "Je ne peux pas !" Mais, en fait, à la fin j'y arrivais et il avait raison. Ce qu'il y avait de bien avec David, c'est qu'il savait toujours jusqu'où il voulait aller. J'aime vraiment qu'on me donne des challenges et c'est pourquoi il est arrivé au moment idéal pour moi, parce que c'était exactement ce qu'il voulait faire.

    Emma Watson : Oui, en réalité j'étais un peu nerveuse à l'idée de travailler avec
    David, parce que je me disais : "Ok, je ne connais pas ce mec. Il faut que je regarde quelques-uns uns de ses précédents films". J'en ai donc vu certains, comme The Girl in the Café et Sex Traffic et j'ai vu les performances qu'il parvenait à tirer des acteurs. Je me suis alors dis "Oh mon dieu ! Comment vais-je pouvoir atteindre cette qualité de jeu ?" Tout paraissait tellement réel. Et ce qui me traversait le plus l'esprit, c'était que cela me faisait réellement ressentir quelque chose –je sais que cela peut paraître bizarre– mais j'étais tellement désireuse de pouvoir satisfaire ses attentes et qu'il parvienne, de la même manière, à sortir le meilleur de moi-même. J'étais très nerveuse, mais dans le même temps, j'étais très excitée parce que je me disais que ce mec pouvait vraiment me mener à un nouveau niveau, et je pense qu'il l'a fait pour nous tous. Et c'est vraiment bien. D'avoir vu le film, en sachant que David va aussi réaliser le prochain épisode, c'est surprenant et ça fonctionne bien, mais cela donne aussi le sentiment que c'est une affaire non achevée. Ça donne l'impression qu'il a encore des choses à faire, encore des choses à dire et cela me donne aussi le sentiment que je n'ai pas retiré tout ce que je pouvais de lui. J'ai encore tellement à apprendre de David. Cela reste donc excitant, même si nous travaillons à nouveau avec la même personne.

    Daniel Radcliffe : Je pense même faire asseoir
    David Yates dans sa chaise de metteur en scène et à lui casser les jambes, histoire qu'il ne puisse jamais partir ! Enfin... c'est une image grotesque. (Rires)

    Le message du film
    Emma Watson : Je pense qu'en général les gens se souviendront d'un Harry en très mauvaise posture dans le film. Il veut s'isoler car il pense que si il fait ça il n'aura rien plus à perdre dans sa bataille contre Voldemort... Le film est centré sur le parcours psychologique d'Harry, il va réaliser qu'il n'est pas obligé de s'isoler, qu'il a besoin de ses amis et que l'amitié est importante pour lui et qu'elle permet d'être meilleur. Ce qui l'effraie le plus, c'est de perdre les amis qui le soutiennent, mais c'est l'amitié qui lui donne la force de se battre et qui le rend plus fort.... Plus fort que Voldemort !

    Daniel Radcliffe : Je pense également que ce sera le personnage de Harry qui marquera le public. Dans le film je n'en démords pas ! Quand vous savez que quelque chose est vrai et bien vous ne pouvez pas vous laisser contredire par les autres. Et c'est ce qu'Harry et Dumbledore vont faire dans le film. Et pour moi c'est, avec ce qu'Emma vient de dire, le message du film.

    Emma Watson : Je pense que c'est naturel, comme de passer à l'âge adulte. Nous travaillons avec un réalisateur différent qui a fait surgir des choses différentes en nous et nous a aidé à plus développer notre personnage et à apprendre plus de choses. Et à chaque film nous apprenons quelque chose de nouveau.

    L'Armée de Dumbledore
    Rupert Grint : Ron n'est ni un leader, ni un professeur au sein de ce groupe, je crois... Mais j'ai adoré tourné ces scènes, car il y avait une ambiance extra sur le plateau. Nous avons pu faire de nombreuses cascades, des trucs vraiment cools. J'ai même eu droit aux câbles, lors de notre duel avec Hermione.

    Emma Watson : Oui, et qui a gagné ?

    Rupert Grint : Hum... Donc oui, j'ai adoré ces scènes !

    Daniel Radcliffe : J'ai adoré ces scènes. A mes yeux, Harry a une vraie évolution dans ce groupe : il commence comme une sorte de leader/professeur, et devient au final une sorte de Henry V. D'ailleurs le réalisateur
    David Yates m'a aiguillé dans ce sens et m'a demandé de devenir une sorte de chef, de roi lors de ces scènes. C'était vraiment intéressant. Le seul bémol, c'est que ces scènes ont été tournées avec un éclairage venant du sol, et que la pièce était couverte de miroirs. Du coup, les lumières se reflétaient partout pendant les prises et il faisait vraiment très chaud...

    Emma Watson : C'était comme marcher dans un four, littéralement ! Le plateau était entièrement fermé, il n'y avait pas d'air... Mon Dieu, il faisait chaud !

    Les défauts de Harry
    Daniel Radcliffe : Harry a bien sûr des mauvais côtés, comme tout le monde d'une certaine manière. Je pense qu'il peut être mauvais, par exemple lorsqu'il frappe ses deux meilleurs amis dans ce film. Je pense qu'il peut être égoïste aussi, parce qu'il a ce désir de ne pas faillir à son image et à sa réputation. Mais tous ces personnages ont ce besoin de défendre le bien et la magie ; je pense qu'il ressent ce besoin d'être un héros, et de l'être seul. Donc il se met un peu à l'écart des autres. Je pense que c'est un peu un mélange de tout cela. Dans le troisième film, Rogue dit à Harry qu'il est arrogant comme l'était son père, et je pense que c'est aussi un peu vrai....

    Emma Watson : Il faut avoir à l'esprit que c'est un garçon qui n'a jamais connu ses parents, qui vit chez les Dursley, qui je pense, sont le pire cauchemar de chacun d'entre nous ; il a été isolé de tout et de tout le monde. Il se sent sûrement très seul, personne au monde ne comprendra jamais ce que c'est d'être à sa place, ou ne traversera jamais ce qu'il a traversé. Il vient de perdre son parrain, qui était sa seule et unique famille. Et il est connu dans le monde entier. Etant donné tout cela, c'est déjà étonnant qu'il soit sain d'esprit, qu'il soit un gentil garçon, qu'il soit pas plus affecté ou égocentrique, ou qu'il ne soit pas complètement sorti du droit chemin. C'est un survivant.

    Daniel Radcliffe : Beaucoup de gens avaient un problème avec le cinquième livre parce qu'ils disaient qu'ils n'aimaient pas la colère d'Harry, qu'elle était démesurée ; et
    J.K. Rowling avait dit, je me souviens, que si vous ne comprenez pas la colère d'Harry dans le cinquième livre, c'est que vous n'avez pas compris les quatre livres précédents. Car si vous les aviez compris, vous verriez qu'il a des raisons d'être en colère.

    Se détacher du rôle
    Daniel Radcliffe : Ca peut être difficile, certaines fois, de prendre de la distance par rapport à son personnage. En ayant incarné Alan Strang pendant 16 semaines (dans la piè-ce Eqqus, NDLR), il est évident qu'on s'attache au personnage, et d'une certaine manière, une fois le travail terminé, il vous manque. Mais à ce moment là, il est essentiel de le laisser derrière vous, et d'avancer. D'ailleurs vous savez que je vais tourner un nouveau film en août avant de revenir à Harry Potter. Donc, c'est le moment de passer à autre chose maintenant.

    Le théâtre
    Daniel Radcliffe : L'expérience des planches était phénoménale ! Je pense que c'est arrivé au bon moment pour moi, à ce stade de ma carrière, c'était exactement ce dont j'avais besoin. C'était très amusant, c'était une expérience fantastique. J'ai rencontré des gens brillants, et j'ai travaillé avec Richard Griffiths, mais d'une toute autre manière que pour Harry Potter, car lorsqu'il interprète mon oncle, c'est super et on rit tout le temps, mais il ne tourne que le temps d'une semaine ou une semaine et demie. Alors que pour la pièce, passer 16 semaines avec ce personnage, ou plus en comptant les répétitions, c'était vraiment fantastique.

    Fou rire
    Daniel Radcliffe : J'aime beaucoup la scène qui suit le baiser avec Cho Chang, car nous étions tous vraiment hystériques, et beaucoup de cette excitation était réelle. C'était une journée où nous étions tous de très bonne humeur, et si vous regardez attentivement mon visage, vous voyez que nous ne sommes pas loin du fou rire et que nous essayons tous de garder notre sérieux. C'est comme dans cette scène de Usual Suspects, où ils sont tous réunis par la police au début du film et qu'ils sont tous morts de rire... Le réalisateur s'énervait car il ne parvenait pas obtenir ce qu'il souhaitait, alors qu'au final, la scène fonctionne. On se dit que ces personnages se marrent parce qu'ils se connaissent tous bien, et du coup la scène y gagne...

    Emma Watson : (Rires) Oui, la scène dont parle Daniel est également ma préférée. J'ai vraiment de très bons souvenirs de cette scène. J'étais véritablement morte de rire, car Daniel a fait ou dit quelque chose juste avant la prise, et du coup, c'est un vrai fou rire que vous voyez à l'écran. Daniel et Rupert ont réussi à se contenir, mais moi non... J'étais par terre, en train de rire, et David Yates a filmé jusqu'à ce que je m'arrête, ce qui a pris du temps. Ce fou rire est véridique, et il laisse transparaître à l'écran notre amitié. Donc la scène a quelque chose en plus...

    Apprendre les uns des autres
    Daniel Radcliffe : J'ai appris que je pouvais manger un camion complet de glace! Non mais ils n'ont rien dû apprendre de moi mis à part des bêtises ! Pour être honnête, comme nous évoluons ensemble je ne pense pas qu'on puisse se donner des conseils. Ce serait vraiment difficile pour moi de regarder Rupert et de lui donner des conseils ou de lui dire de faire comme ci ou comme ça, parce que nous avons le même âge et que je pense qu'on ne peut vraiment apprendre seulement des gens qui sont plus âgés que nous.

    Emma Watson : Je ne pense pas qu'on ait appris quelque chose les uns des autres. C'est plus une relation d'amitié. Si j'ai des peines de coeur par exemple, je vais voir Dan ou Rupert et je leur explique et leur demande "Qu'est ce que ça veut dire ? Je ne comprends pas !"

    Daniel Radcliffe : Ne demandez pas ce qu'elle veut dire par "peine de coeur"...

    Emma Watson : Juste une sorte de badinage et des conseils amicaux et être présents les uns pour les autres. Désolée je n'ai pas donné une réponse très profonde (Rires), de toutes les manières ça n'existe pas !

    Daniel Radcliffe : En gros, ce qu'elle essaie de dire c'est ...

    En choeur : Nous n'avons rien appris les uns des autres ! (Rires)

    Unis jusqu'au bout
    Emma Watson : Je n'ai pas signé tout de suite pour les deux derniers films, car je devais m'organiser et voir s'il était possible de concilier le tournage de deux nouveaux volets et mes études. Je souhaite vraiment aller à l'université, et je veux vraiment poursuivre ma carrière au cinéma : je ne voulais abandonner ni l'un ni l'autre ! J'étais donc dans une position délicate. Ca m'a donc prix un peu de temps pour m'organiser, et les gens de Warner m'ont beaucoup soutenu dans cette démarche, et m'ont beaucoup aidé. Par exemple, ils m'ont donné tous mes lundis matin pour pouvoir passer voir mes professeurs à l'école et récupérer mes devoirs. Et ils m'ont permis de faire appel à des professeurs particuliers pour m'aider, et me donnent toutes les heures dont j'ai besoin pour que le travail soit fait et bien fait. Et puis ils ont mis à ma disposition une "boîte aux lettres" pour que je puisse renvoyer mes devoirs tous les vendredi, et que mes professeurs puissent les corriger et me les renvoyer. Ca a pris un peu de temps pour se mettre en place, mais nous y sommes arrivés. Par contre, ça a été blessant d'entendre toutes ces rumeurs comme quoi j'hésitais à m'engager sur les deux derniers volets de la saga ou je ne sais quoi. C'était simplement un problème d'organisation qui a mis un peu de temps à être réglé.

    Daniel Radcliffe : Il faut comprendre que quand vous vous engagez sur un film comme Harry Potter, c'est un engagement de 10 mois. Ce n'est donc pas anodin : quand on s'engage sur les sixième et septième films, on s'engage sur deux ans ! C'est une décision importante, à laquelle il faut bien réfléchir. Et je crois que ce sont surtout les médias qui ont exagéré toute cette affaire...

    Grandir avec son personnage
    Daniel Radcliffe : Certaines personnes aimeraient nous voir dire "Oui, on ne pourrait pas vivre sans eux !". Et même si ces personnages sont incroyables, je ne suis pas certain qu'ils nous aient influencé en tant que personnes. Je ne peux parler que pour moi, bien sûr, mais je ne pense pas que Harry Potter m'ait influencé dans ma vie de tous les jours. Je ne sais pas ce que vous en pensez, les amis...

    Emma Watson : Oui, c'est amusant car tout le monde nous demande ce que cela fait de grandir devant les caméras, d'être constamment sous les feux des projecteurs... Mais c'est une question étrange, dans la mesure où nous ne nous voyons pas de la sorte, nous n'avons pas de regard extérieur sur nous-mêmes si je puis dire. Après, c'est vrai que parfois, j'ai à peine l'impression de jouer dans la mesure où je me sens très proche d'Hermione et que j'ai l'impression de vraiment la connaître. Donc mon travail n'est pas si difficile... Quant au fait de grandir avec eux, comme nous sommes un peu plus vieux que nos personnages, nous avons de l'avance sur eux, nous avons déjà vécu ce par quoi ils vont passer. Et nous ainsi plus facilement pouvons faire passer ça dans le film. Donc au final, ça fonctionne bien...

    Rupert Grint : Pour moi, c'est étrange de regarder en arrière et de revoir les différents films de la saga. A mes yeux, c'est comme un seul long film. Et nous revoir si jeunes, c'est bizarre. Nous avons tellement changé. Mais nous nous sommes vraiment éclatés. Ca reste une grande partie de ma vie, et j'ai vraiment apprécié.

    Une relation unique avec les spectateurs
    Daniel Radcliffe : Oui, c'est assez unique dans un sens, parce que cela attire une large gamme de personnes. Et c'est bien cela qui est génial, parce qu'Harry Potter est l'un des seuls films – bien sûr le marketing et tout le reste ciblent des groupes de gens précis – qui n'appellent pas à une seule partie de la population. Cela appelle à un large éventail de gens. Nous avons des réactions provenant de plein de personnes à travers le monde. Le truc incroyable, c'est que les gens qui avaient 10 ans au moment du premier film, et 7 à la sortie du premier livre, ont grandi et maintenant ils sont dans nos âges. Mais, la nature même de Potter et de son histoire, c'est que les plus jeunes continuent de le découvrir et de s'y plonger. C'est comme si le public se régénérait de lui-même.

    Emma Watson : Ce que j'aime c'est qu'un jour il pourra y avoir un jeune de sept ou huit ans qui vient vers moi et me demande un autographe en me disant "Oh, mon Dieu, je suis vraiment un très grand fan et j'adore les films !". Et le jour d'après, cela pourra être quelqu'un de 30 ou 40 ans. Cela s'étale vraiment des grands-parents aux enfants. C'est incroyable ! L'éventail est universel et j'aime beaucoup ça. J'apprécie vraiment qu'il y en ait pour les adultes et les jeunes. Et plus nous avançons, plus il y a de la noirceur et de la maturité. Nous grandissons avec le public des origines - celui que nous avions dès le départ - et nous les embarquons pour un voyage où personne n'est soit trop jeune soit trop vieux. Cela parvient à donner à tous les publics ce qu'ils désirent.

    Le septième livre
    Daniel Radcliffe : Aucun de nous n'a eu droit à une révélation de la part de
    J.K. Rowling. Seul le mari de J.K. a eu droit de le lire et sait ce qu'il va se passer...

    Emma Watson : Tout est gardé très secret, avec des mesures de sécurité incroyables. Donc je crois qu'on en aura un exemplaire... quand il sortira, pas avant !

    Et si votre personnage venait à mourir ?
    Rupert Grint : Si la scène est réussie, et que ma mort de l'allure, ça ne me chagrinera pas trop. D'une certaine manière, ça n'a pas vraiment d'importance puisque c'est le dernier tome. Bon, je pense que j'aimerais bien survivre... En fait, j'ai entendu tellement de rumeurs que j'ai hâte de savoir ce qui va vraiment se produire.

    Emma Watson : Je n'ai pas vraiment envisagé cette possibilité. Je suis à peu près convaincue qu'elle va s'en sortir. Je ne sais pas pourquoi... En tout cas, je l'espère. Ce que je déteste, c'est quand il n'y a pas de vraie fin, quand on ne sait pas ce qu'il va advenir des personnages. C'est mon côté perfectionniste... J'aimerais donc savoir vers quelle direction vont aller les personnages. J'espère qu'Hermione fera de grandes choses, elle qui est si intelligente. Et j'espère aussi que la connexion entre Harry et Voldemort va trouver un dénouement heureux.

    Daniel Radcliffe : Il y a deux ans, je m'étais dit que ce serait bien que Harry meure. Parce que, comme tu le disais, ce serait une vraie fin. Mais bon, maintenant j'évite de dire ce genre de choses parce que je me souviens que les journaux avaient titré :
    "Radcliffe veut la mort de Harry !" C'était affreux... Ce que je veux simplement dire, c'est que, pour être en cohérence avec la prophétie qui a été énoncée, il faudrait qu'Harry ou Voldemort meure. Mais en même temps, je ne sais pas, et rien ne me permet de dire que c'est ce qui va arriver...

    Propos recueillis à Londres le 22 juin 2007 par Emmanuel Itier


    1 commentaire
  •  Emma Watson se cherche un petit copain bilingue

    Emma Watson, la jeune actrice qui incarne 'Hermione Granger', la meilleure amie d'Harry Potter dans les célèbres films du même nom, se cherche un petit ami bilingue.

    La jeune actrice est bombardée de lettres de jeunes hommes fans des films de sorciers, mais admet ne vouloir rencontrer qu'un garçon au minimum bilingue, parlant si possible de nombreuses langues. Elle déclare "Je ne suis pas à la recherche d'un genre de personne bien spécifique, mais j'aime les garçons qui font du sport et surtout, j'adore quand ils parlent au moins deux ou trois langues différentes! Oui, pour moi, être bilingue, ça le fait vraiment." (AdValvas avec Belga)


    10 commentaires
  • Tatler interview
    Les garçons, l'Université, sa vie d'actrice....Tous des sujets auxquels Emma ne cesse de réfléchir. People Mag' rapporte que le magazine Tatler a enquêté sur les pensées qui tourmentent la jeune Watson..Briefing ci-dessous:

    "Je n'ai pas vraiment un style de garçons en particulier, mais j'aime juste les gars qui font du sport et qui parlent 2 ou 3 langues différentes. Oui, j'adore ça!"

    Le sixième film? Emma n'a pas encore signé le contrat pour réincarner Hermione mais elle a bien l'intention de reprendre le rôle, une fois de plus!

    La célébrité ? "Cela commence vraiment à devenir dingue" dit-elle.

    Quand à sa vie d'étudiante, Miss Watson continue toujours à étudier l'anglais, la géographie et l'histoire (matière qu'elle adore!), pour prochainement intégrer une école de philosophie à Cambridge. Ambitieuse, la Emma !

    Elle parle également de ses projets une fois la série des films Harry Potter finie:

    "Il n'y a pas de règles bien précises concernant la carrière dans laquelle je me trouve. Personne dans ma famille n'en a eu l'expérience. Personne ne vous conseillerait sur la façon de gérer votre célébrité ou de votre démarche pour traverser le tapis rouge ou encore de répondre aux questions personnelles. Mais je pense que je m'y fais bien...Je sais que j'ai été vraiment chanceuse!"

     SOURCE UHP par Fabien


    votre commentaire
  • UHP en rajoute une couche

    Encore une fois, la remarque n'est pas de moi !

    Emma fait de l'humour
    Tout récemment, Emma a répondu à "Actress Magazine" à travers une mini-interview plutôt drôle et assez maladroite de la part de la jeune fille qui semble ne pas se rendre compte qu'elle n'est pas Britney ^^:

    "La célébrité est arrivée alors que j'étais très jeune. Mais je ne trouve pas difficile d'avoir une vie ordinaire. Les gens qui essayent d'éviter la renommée s'y prennent très mal. Tous ces grands maquilleurs les rendent ultra-maquillées comme des bestioles. Et marcher accompagné de plusieurs gardes du corps attire encore plus l'attention. Je pense que la meilleure manière de vivre est d'essayer de vivre aussi normalement que possible."

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique